La fosse Delloye

Le puits n°1 à droite et le n°2 à gauche.

Le puits n°1 ( 4 mètres de diamètre ) est foncé en 1911. Malheuresement le fonçage est interrompu par la grande guerre. Il reprend à partir de 1921. Le puits n°2 ( 5 mètres de diamètre) est foncé à partir de 1927. La fosse porte le nom de Joseph Delloye qui est administrateur de la compagnie des mines d'Aniche. L'extraction commence en 1931 sur un gisement de charbon gras. Celui-ci remonte par les 2 puits. La première veine exploitée est la veine Joseph. La fosse est équipée d'un triage et le charbon est envoyé par voie ferrée jusqu'au Lavoir de la fosse Gayant à Waziers. Pendant quarante ans plus de 1000 mineurs travaillent sur le site de la fosse Delloye en produisant jusqu'a 1200 tonnes de charbon par jour.

En 1971 la fosse ferme après avoir produit 8.287 millions de tonnes de charbon. Le puit n°1 ( 409 mètres ) et le n°2  (518 mètres ) sont remblayés dans la foulée.

 

En 1973 les Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais par l'intermédiaire de son  Secrétaire Général ( Alexis Destruys ) décide de la création du centre historique minier sur le site de la fosse Delloye pour témoigner des trois siècles d’activité minière de la région.

 

Le 4 juillet 1982 est créé l'association du centre historique minier pour une ouverture au public en mai 1984.

 

Depuis son ouverture , le site a acceuilli plus de 4 millions de visiteurs.

 

C'est aujourd'hui le plus grand musée de la mine de France.

La fosse Delloye depuis le bois de Lewarde. Entre les puits 1 et 2 le terril Audiffret d'Escaudain.
La fosse Delloye depuis le bois de Lewarde. Entre les puits 1 et 2 le terril Audiffret d'Escaudain.

Photos de l'exposition "Germinal, fiction ou réalité? sur l'oeuvre d'Emile Zola au centre historique minier de Lewarde en 2016.